DOSSIER: CHAMPIONNAT

Le point en Messieurs

Division Honneur

Philippe Demaret

DOSSIER: CHAMPIONNAT

Le point en Messieurs

Les 14 équipes vont lutter pour éviter le play-down

C’est la première fois que la division Honneur comporte 14 équipes, représentant une dispersion un peu plus grande sur le territoire. Avec tout de même l’axe habituel en force: 5 anversois et 4 bruxellois. Les 13 premières rencontres seront sans pitié et chaque point perdu sera amèrement regretté. Une formule sans pitié pour les faux pas.

Antwerp

Un des potentiels descendants a surpris lors de la saison 2018-2019 en se sauvant via les play-down au détriment du Daring, après avoir signé un premier tour sanctionné par deux tout petits points. Avec un noyau très large, 3 nouveaux renforts, la formation du coach australien Glenn Simpson reste un candidat pour les play-down et devrait se maintenir.

› composition

15. Daan Drijver GK, 22 Alexande Hommerson GK, 5. Max Machtelinckx, 2. Niels van Straaten, 6. Dominic Uher, 10. Twan van Ginneken, 12. Benjamin Huyghe, 23. Eric van Wanrooij, 9. Thomas Verheijen, 18. Taine Paton, 13. Hamish Imrie, 27. Kars Groen, 21. Mathieu Rombouts, 20. Thibaud  Van der Putten, 14. Pepe Bijlaard, 8. Dicky Boeckx, 4. Pieter van Straaten, 93. Milan van Baal, 7. Jeff  De Winter, 11. Grégory Stockbroekx   

Beerschot

C’est la stabilité à Kontich. Si John Goldberg perd son T2 et l’Anglais Carson, il a attiré Romain Penelle et Jérôme Saeys tout en retrouvant son gardien fétiche Harry Verhoeven. Un dernier et gros transfert était réalisé début septembre : Moritz Fürste venait pallier la possible défection de Lucas Rossi pour raison administrative. Le club devra gérer les aller-retours avec l’Angleterre de Nick Carson, une pièce essentielle au milieu du jeu. Avec en mémoire leur saison de finalistes et deux années d’expérience supplémentaire, les Ours devraient se qualifier facilement pour le top 8 et se poser en demi-finalistes potentiels

› composition

1. Harry Verhoeven GK, 32. Louis Steyaert GK, 20. Marin Peeters, 3. Arthur De Sloover, 6. Romain Penelle, 7. Max Goudsmet,  21. Hugo Du Monceau, 26. Roman Duvekot, 14. Harrison Peeters, 8. Nick Catlin, 27. Lucas Rossi, 11. Gaëtan Perez, 9. Sydney Cabuy, 23. Stanley Verhoeven, 33. Maxime Capelle, 16. Nicolas Mortelmans, 18. Jérôme Saeys, 30. Maxime Gus, 28. Axel De Bolle

Braxgata

Avec un noyau très stable, excepté le départ de Sander Baart, l’équipe de Philippe Goldberg va devoir à nouveau trouver la bonne carburation et éviter les affres des play-down. Mal mise dans une poule canon la saison passée, elle ne pourra plus arguer de cet argument pour excuser une saison ratée. Le top 8 doit être un objectif clair pour les Boomois qui dispose d’un beau noyau, du moins sur papier.

› composition

1. David Van Rysselbeerghe GK, 1. Lysander Buurman GK, 8. Tanguy Clément, 5. Pablo Abadal, 11. Maxime Loots, 15. Anthony De Ridder, 25. Loick Luypaert, 29. Michel Van Cleynenbreugel, 29. Michel Van Rysselberghe, 6. Christophe Adriaensen, 7. Anton Van Biesen, 18. Olivier Biekens, 20. Léon Van Steerteghem, Tobias Biekens, 9. Alex Casasayas Carles, 10. Nelson Onana, 19. Bob De Voogd, 21. Manuel Bordas

Daring

Descendant malheureux la saison passée, le Daring a tout cassé en Nationale 1 et s’est offert durant l’entre-saison quelques renforts de poids. De quoi viser sans peur le top 8. Javier Telechea devra prouver sa science du placement exercée précédemment avec les Panthers. A nouveau, les résultats des premières journées seront déterminants pour placer ou non les Molenbeekois au-dessus des play-down.

› composition

1. Hubert De Vliegher GK, 15. Boris Feldheim GK, 16. Antoine Legrain, 2. Nicolas Cicileo, 22. Daniel Bell, 24. Manu Brunet, 29. Nathan Delos, 35. Anthony Charlier, 4. Nathan Denis, 7. Thomas Vander Gracht, 14. Joaquin Kruger, 18. Joaquin Coelho, 27. Geoffroy Cosyns, 8. Nahuel Salis, 9. Alexander Van Lindhoudt, 10. Julian Montone, 11. Benjamin Marqué, 21. François Sior, 38. Thomas Leffler, 26. Clément Jacquier

Dragons

Excepté le départ inattendu de Manu Stockbroekx et le retour au pays de Shane O’Donoghue, le Dragons a conservé son noyau au complet. Il s’est enrichi de deux anciens cadres qui lui feront beaucoup de bien: Matthew Cobbaert et Louis Rombouts, de retour de l’étranger avec beaucoup de maturité. Deux Argentins viennent compléter une équipe qui devrait viser le titre : le spectaculaire international Lucas Martinez et Nicolas Della Torre qui devra se rappeler qu’il fut un brillant sleeper.

› composition

1. Tobias Walter GK, 2. Bozz Willaert GK, 8. Luke Noblett, 5. Max Lootens, 17. Sebastiaan Geers, 6. Nicolas Della Torre, 11. Florent van Aubel, 19. Felix Denayer, 7. Robbert Rubens, 3. Anthony Bosschman, 12. Louis Rombouts, 4. Lucas Putters, 22. Lucas Martinez, 10. Cédric Charlier, 23. Henri Raes, 9. Matthew Cobbaert, 12. Timothy Luyten

Gantoise

En recrutant Alex de Paeuw et Charles Masson pour remplacer les partants Miltkau et Salis, Pascal Kina se retrouve avec un noyau solide et expérimenté. De quoi viser le top dans une formule où les quarts de finale façon coupe ont disparus et où il faudra viser les deux premières places des poules du second tour. Un objectif minimum pour les Gantois qui peuvent décrocher ce titre qui se trouve dans leur objectif Gantoise 2020.

› composition

1. Tomas Santiago GK, 4. David Vandenbossche GK, 2. Loick Vanwetter, 3. Arthur De Borrekens, 10. Justin Dubois, 11. Maxime De Plus, 18. Thibault De Plus, 15. François Goyet, 24. Antoine Kina, 13. Leandro Tolini, 16. Victor Vandeven, 14. Alexandre de Paeuw, 33. Charles Masson, 12. Emile Esquelin, 23. Juan Saladino, 9. Blaise Rogeau, 21. Etienne Tynevez, 7. Guillaume Hellin

Herakles

Stabilité relative pour les Lierrois qui n’ont pas pu garder tous leurs étrangers (Arana, Prat et Sarikaya). Mais qui restent avec le même noyau depuis des années, tournant autour de leurs stars incontestables Keusters et De Kerpel. Avec l’apport cette année de nouveaux jeunes du cru : les 3 « Van » : Damme, Dessel et Diest. L’Herakles a connu des années en dent de scie et il sera important pour lui de ne pas rater son démarrage : autrement, le play-down l’attend.

› composition

1. Amaury Timmermans GK, 31. Francesco Mitrotta GK, 1. Julien Lemaire GK, 22. Alexis Le Clef, 16. Joaquin Puglisi, 2. Nick Haig, 4. Marco Donck, 11. William Van Dessel, 36. Stef Callaerts, 19. César Materne, 7. Cédric Struijf, 8. Facundo Harte, 10. Victor Donck, 17. Anthony Van Stratum, 21. Arno Van Dessel, 25. Amaury Keusters, 12. Nicolas De Kerpel, 14. Anthony Keusters, 53. Charlie Van Damme, 18. Thibeau Leenders, 40. Simon Van Diest, 20. Romain Devillé, 6. Mattia Amorosini, 15. Louis Delaisse, 9. Guillaume Vloeberghs, 3. Kack Vloeberghs

Léopold

On ne change pas une équipe qui gagne. Après un titre de champion et une place de premier de poule la saison passée, le Léo devrait confirmer. Même s’il a perdu Dorian Thiéry au milieu du jeu, il peut compter sur un noyau expérimenté et une demi-finale doit être l’objectif minimal de Robin Geens.

› composition

1. Romain Henet GK, 32. Quentin Cherpion GK, 15. Félix Deleuze, 8. Jean-Baptiste Forgues, 9. John Verdussen, 4. Lewis Eaton, 13. Nicolas Poncelet, 5. Max Muschs, 29. Arno Verdoodt,  12. Corentin De Trez, 10. Dimitri Cuvelier, 8. Gaspard Baumgarten, 11. Archibald De Kepper, 23. Dylan Englebert, 36. Max Plennevaux, 7. Arthur Verdussen, 27. Tom Boon, 13. Tom Degroote, 14. Tanguy Zimmer, 16. Maxime Groteclaes

Leuven

Le mercato de Louvain a été fructueux puisque 4 nouvelles pointures viennent intégrer le noyau de Xavi Trenchs. L’objectif est de se placer de manière durable dans le top 8. Les 10 jeunes du cru ont bien grandi et la concurrence sera rude au sein d’un noyau bien équilibré. Echapper aux play-down sera un plus facile que la saison précédente, la valeur de l’équipe ayant sensiblement monté dans tous ses compartiments, en expérience et en talents.

› composition